Marseille, une métropole en pleine mue

Sans perdre son caractère, Marseille, la plus ancienne ville de France se transforme jour après jour pour devenir une métropole moderne, à échelle européenne. Son activité économique est redynamisée par l’arrivée de nouveaux secteurs, quand son immense patrimoine culturel est enfin mis à l’honneur. Autant de changements qui permettent à la cité phocéenne de faire son grand retour dans les classements de villes où il fait bon investir.

Premier pôle universitaire derrière Paris, leader de la French Tech, à la tête d’investissements massifs dans le renouveau urbain… Marseille présente tous les indicatifs d’un fort potentiel investisseur. Une attractivité qui se ressent dans ses prix immobiliers : entre 2017 et 2018, ces derniers ont augmenté de 1,4%. Mais dans une ville à la superficie deux fois et demie plus vaste que Paris, la tendance immobilière varie forcément selon les multiples quartiers. En effet, si dans le 3e les prix ont progressé de 13,4%, la moitié des arrondissements sont plutôt à la baisse. En perpétuelle croissance démographique, Marseille s’est cependant engagée à construire 18 000 logements dont 7000 ont déjà été livrés, dans le cadre de l’ambitieux projet Euroméditerranée. Il s’agit de la plus grande opération de rénovation urbaine d’Europe du Sud. Celle-ci vise à réhabiliter 480 hectares au cœur de la métropole marseillaise, entre le port de commerce, le Vieux-Port et la gare TGV. En plus de 18 000 logements, Euromed prévoit la construction d’un million de m2 de bureaux, des commerces, des équipements publics et 60 hectares d’espaces verts.

Initié en 1995, ce vaste projet commence à porter ses fruits. À la Joliette, des sièges sociaux de banques et de grandes sociétés se sont installés. Les anciens hangars laissent place à des immeubles modernes à visée tertiaire. L’esprit du projet est de faire l’inverse de ce qui a été fait à la Défense, en faisant coexister bureaux et logements. Le tout pensé par des architectes de renom : Rudy Ricciotti, Jean Nouvel, Zaha Hadid … 500 000 m2 de tertiaire et 500 000 m2 d’habitations ont ainsi été livrés en même temps. Ces nouveaux bureaux n’ont aucun mal à se remplir. Ils accueillent aujourd’hui plus de 800 entreprises telles que IBM, DHL, CMA-CGM ou encore Compass Group. Et ce n’est pas fini ! La deuxième partie du projet, Euromed II, labellisé EcoCité, entend doubler cette surface de locaux commerciaux d’ici à 2020. Ce qui devrait générer plus de 20 000 nouveaux emplois. Cette opération d’intérêt national a aussi permis de donner un nouveau souffle à des quartiers délaissés comme la Belle de Mai. Là, les anciennes manufactures de tabac se sont transformées en un lieu dédié aux industries de l’audiovisuel, du multimédia et du numérique.

Les valeurs sûres

Le 6e est idéal pour de l’investissement locatif, car de nombreux étudiants cherchent à s’y loger. Cet arrondissement est en effet proche des universités de médecine, de droit et de science politique. Les primo-accédants privilégient les secteurs de Notre-Dame et Vauban. C’est grâce aux aménagements réalisés au Vieux-Port, que l’Est du 7e a gagné en attractivité, notamment pour la location saisonnière. Historiquement appréciés, les beaux immeubles haussmanniens et les espaces verts du 8e font du Prado et du parc Borély des coins prisés. Enfin, les résidences du 12e possèdent un beau potentiel, particulièrement pour celles situées dans le secteur desservi par le métro.

Les quartiers qui prennent de la valeur

Grâce au projet Euromed, les 2e et 3e arrondissements sont devenus “the place to be”. Les acquéreurs sont très friands des appartements modernes fraîchement construits. Vue sur la mer, facilités de stationnement, bonne desserte en transports en commun… Ils ont en effet tout pour plaire. À noter que d’autres logements de même standing sont programmés dans le prolongement d’Euromed II. Autre secteur en devenir : le 8e, à la lisière du Parc national des Calanques, sur le site de l’ancienne usine Legré Mante, désormais dépollué. Ce quartier pourrait bientôt accueillir une centaine de logements, dans un cadre magnifique.

Pourquoi choisir Marseille ?

Pour son économie tournée vers l’avenir

L’activité portuaire, l’armée et le tourisme sont des secteurs traditionnellement forts à Marseille. Mais depuis quelques années, l’ancienne ville industrielle se tourne vers le textile et l’habillement. Aujourd’hui, près de 30 000 personnes travaillent dans ce domaine, notamment grâce au soutien de la Maison méditerranéenne des métiers de la mode envers les jeunes créateurs. Héroïne de la série “Plus belle la vie”, Marseille est aussi une ville de cinéma. Une position renforcée par la création du Pôle média de la Belle de Mai qui réunit studios audiovisuels, bureaux de production et de diffusion.

Pour son immense population étudiante

Deuxième pôle de recherche publique de France, Marseille est aussi la deuxième ville la plus étudiante de l’Hexagone. Cette population a même augmenté de 20% en 20 ans ! Afin d’améliorer la qualité de leurs formations, les trois pôles d’enseignement supérieur de la ville ont fusionné en janvier 2012. La faculté Saint-Charles, le parc scientifique et technologique de Luminy et le CHU de la Timone sont désormais regroupés sous la bannière de Aix Marseille Université. La structure accueille aujourd’hui plus de 72 000 étudiants. La cité phocéenne dispose également de deux écoles d’ingénieurs – Polytech Marseille et l’Ecole Centrale -, de l’Ecole de la marine marchande, l’Ecole d’architecture, l’Ecole supérieure d’arts et l’Ecole nationale supérieure du Paysage.

Pour sa culture bouillonnante

En 2013, Marseille a été sacrée Capitale européenne de la culture. De cette année pleine de rebondissements, il reste de beaux projets urbanistiques tels que le Fonds régional d’art contemporain, la rénovation des Docks de la Joliette et la restauration de nombreux musées. Mais c’est sans aucun doute l’emblématique MUCEM, le Musée des civilisations d’Europe et Méditerranée, qui symbolise le mieux cette célébration de la culture. Fait de verre et d’acier, ce bâtiment est recouvert d’une élégante dentelle de béton, face à la mer. Une passerelle piétonne le relie au fort Saint-Jean, symbole du patrimoine historique. Une parfaite métaphore du lien entre modernité et tradition, cher au cœur des Marseillais. La capitale des Bouches-du-Rhône n’a cependant pas attendu 2013 pour être une cité culturelle. La ville a de tout temps su inspirer les artistes comme Cézanne, Dufy, Van Gogh ou Braque. Une vingtaine de musées exposent leurs œuvres mais aussi des trésors de l’art contemporain, de l’archéologie ou de l’artisanat local.

Réputée pour sa ferveur footbalistique, Marseille est bien entendu une ville de sports. Ses habitants ne manquent pas une occasion d’évoquer les prouesses de l’Olympique marseillais. Et les équipements municipaux et les sites naturels permettent la pratique de nombreuses activités. Marseille accueille d’ailleurs des compétitions reconnues telles que le triathlon international, le Tour de France à la voile ou encore le semi-marathon Marseille-Cassis.

Pour son cadre de vie exceptionnel

À seulement 3h30 de Paris en TGV, quelle autre ville que Marseille peut se vanter d’avoir 57 km de façade maritime, des dizaines de kilomètres de plages et 129 jours d’ensoleillement par an ? Entourée par le parc de Camargue, les massifs montagneux et la mer, la métropole marseillaise se situe dans un petit écrin de paradis. Sans compter les nombreux parcs et jardins au cœur même de la ville comme le parc Pastré, le parc Valmer, le parc du 26e centenaire et le parc Borély.

Pour se sentir à la campagne sans quitter la ville, direction le parc national des Calanques.

Ce site naturel exceptionnel s’étend sur 8500 hectares de terre et 43 5000 de mer. Il abrite plus de 138 espèces terrestres et 60 espèces marines protégées. Les amateurs de randonnées, baignade et d’escalade se donnent rendez-vous pour prendre un bol d’air frais, bercés par le chant des cigales.

La Métropole Marseille englobe aussi l’arrière-pays, en direction d’Aix en Provence (lien vers article Pays Aixois). Ce terrain de jeu est un cadre de rêve pour se promener, randonner et flâner au cœur d’une nature préservée et luxuriante. À quelques minutes également : Cassis, ses plages de galets, ses Calanques et son ravissant petit port coloré, qui font le bonheur des visiteurs et des habitants.

Les arrondissements

  • Le 1er C’est le centre-ville historique de Marseille, qui s’étend du Vieux-Port à Saint-Charles, en passant par Belsunce, Noailles et Opéra. C’est ici que se trouvent la célèbre Canebière, la gare SNCF et la faculté.
  • Le 2e Avec ses ruelles étroites, le quartier du Panier est l’un des plus touristiques et pittoresques de la ville. Les Grands Carmes et Hôtel de Ville sont réputés plus animés. Juste à côté, on trouve l’atypique cathédrale de la Major. Plus au nord, Arenc et de La Joliette sont en pleine transformation et attirent une nouvelle population. C’est ici qu’ont récemment été ouvertes Les Terrasses du Port, un nouveau centre commercial en plein cœur de ville.
  • Le 3e La Vilette, Belle de Mai, Saint-Mauront, Saint-Lazare… C’est le secteur qui prend de la valeur, notamment grâce au projet Euromed.
  • Le 4 e Relié au 1er arrondissement par le Palais Longchamp, le 4e regroupe La Blancarde, les Chartreux, Chutes-Lavie et les Cinq Avenues. Ce secteur est bien desservi en transports en commun.
  • Le 5e C’est ici que se situe la place Jean-Jaurès, lieu emblématique de la Plaine, l’une des sept collines marseillaises. De l’autre côté du boulevard Sakakini, se trouve le centre hospitalier universitaire de la Timone. Le Camas, Baille, la Conception et Saint-Pierre sont prisés par les familles.
  • Le 6e Au sud du Vieux-Port, Castellane est un quartier animé, avec ce qu’il faut de commerces, restaurants et équipements culturels. Bien desservi en transports en commun, ce secteur bénéficie par ailleurs d’une proximité quasi-immédiate avec le bord de mer. Des atouts qui concernent aussi Vauban, Préfecture, Lodi, Notre-Dame-du-Mont et Palais de Justice.
  • Le 7e Résidentiel aisé, le Roucas Blanc héberge de belles et grandes villas arborées. Proches du bord de mer, Endoume, Bompard et Saint-Lambert disposent d’une qualité de vie indiscutable.
  • Le 8e Ce grand arrondissement s’étend vers le sud, des abords du parc du 26e centenaire jusqu’aux Goudes, charmant village de pêcheurs, en passant par la Pointe Rouge. C’est ici que se situent le Vélodrome, la plage du Prado, le palais des expositions Chanot et le Parc Borély. C’est un des coins les plus riches de Marseille, avec de belles villas anciennes avec vue sur mer à Périer.
  • Le 9e C’est le plus vaste arrondissement de Marseille et sans doute le plus vert, puisqu’il englobe les fameuses Calanques. Pas étonnant dès lors qu’à Mazargues on cultive une qualité de vie typique de l’esprit village. Le 9e accueille aussi le campus de Luminy et ses 8000 étudiants et 1500 chercheurs.
  • Le 10e Entre ses quartiers de l’ouest aux portes du centre-ville et ses terres de l’est proches des collines, le 10e est un territoire de contrastes où les prix restent abordables. Le secteur est traversé par l’autoroute A50 et la nouvelle rocade L2, et comprend notamment le parc du 26e centenaire, une patinoire et un skatepark.
  • Le 11e Autrefois territoire agricole puis industriel avant de devenir commercial, le 11e est une mosaïque de petits villages résidentiels. On y trouve à la fois la grande zone commerciale de la Valentine et le célèbre “château de ma mère” de Marcel Pagnol, dans le parc de la Buzine.
  • Le 12e Grâce à un tissu urbain aéré et de nombreux espaces verts, le 12e est paisible et bien coté. Les Caillols, Montolivet, la Fourragère, Saint-Barnabé, Saint-Julien, Saint-Jean du Désert, les Trois Lucs… Ses habitants viennent chercher la convivialité d’un village. Tous bénéficient d’une nouvelle desserte routière avec la rocade L2.
  • Le 13e Étendu sur les contreforts du massif de l’Etoile qui délimite le nord-est de Marseille, cet arrondissement s’étend au sud jusqu’aux Olives, la Croix-Rouge et Saint-Just. Avec plus de 87 000 habitants, c’est le plus peuplé de Marseille. Essentiellement résidentiel, il accueille aussi des établissements universitaires.
  • Le 14e Populaire, le 14e a su utiliser ses espaces vacants pour créer de nouvelles activités comme le marché d’intérêt national. C’est aussi ici que s’est implantée l’emblématique société Ricard. À Sainte-Marthe et Saint-Joseph, un éco-quartier de 3000 logements est en train de voir le jour aux côtés de bastides historiques.
  • Le 15e L’opération Euromed vient réveiller ce coin populaire, composé de grands ensembles urbains et de plusieurs quartiers à l’esprit village. Au rendez-vous également : l’immense centre commercial du Grand Littoral et de nombreux lieux de formation tels que la faculté de médecine de l’Hôpital Nord. Le Parc des Aygalades, une coulée verte de 15 hectares, verra bientôt le jour.
  • Le 16e Ici, la petite maison de ville est l’habitat typique, surtout aux Riaux et à l’Estaque. Plus urbanisés, Saint-André et Saint-Henri ne manquent cependant pas de rues tranquilles. De nombreuses entreprises en lien avec le transport maritime se sont installées pour bénéficier de la proximité avec le port de Marseille.